Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 8 mai 2006 dans Actus - News

Vins suisses — «Vignobles suisses», un triple hommage

Vins suisses — «Vignobles suisses», un triple hommage

Vins suisses — «Vignobles suisses», le livre de référence
Un triple hommage

trois ans après

Jeudi soir 29 juin 2006, dans les salons de l’Hôtel Beau-Rivage, à Genève, la Baronne Nadine de Rothschild a remis le premier Prix Edmond de Rothschild, destiné à récompenser «un ouvrage sur le vin édité en Suisse», au photographe Régis Colombo et au journaliste Pierre Thomas.
Un jury de sommeliers, présidé par l’écrivain Nicolas de Rabaudy, a choisi «Vignobles suisses», édité par Pierre-Marcel Favre. Depuis sa parution à fin 2003, ce «beau livre» a reçu trois prix internationaux, à Barcelone, Paris et Genève. Les deux auteurs se sont partagé la somme de 5'000 francs suisses. En France, un tel prix est décerné depuis dix ans. Des ouvrages de Thierry Desseauve, Michel Dovaz ou Pierre Casamayor ont été distingués, en mémoire du Baron Edmond de Rothschild, banquier à Genève et rénovateur du Domaine de Château Clarke en Médoc, et qui avait publié, peu avant sa mort, en 1997, «Le Culte du Vin» (Gallimard).
Dans le numéro de mai 2006 de la prestigieuse «Revue du Vin de France», Michel Dovaz, qui avait déjà salué l'album à sa sortie de presse, confirme: «Grand angle sur la Suisse. — Les photographies sont superbe et le texte très complet (histoire, mésaventures de la viticulture et résurrection du vignoble). Toutes les régions sont ici décrites, les nouveaux cépages créés ne sont pas oubliés et un carnet d'adresses vient terminer en beauté ce maître-livre.» (page 112) Le compliment vient du meilleur connaisseur des vins suisses… en France, mais Genevois d'origine!
Et c'est de Genève aussi que vient un autre compliment. En appui du «Guide de la Campagne Genevoise», de Gail Mangold-Vine, paru chez Slatkine ce printemps, qui fourmille d'adresses intéressantes dans son périmètre (vignerons, bonnes tables, boutiques, activités pour adultes et enfants, etc.), «Vignobles suisses» est cité comme référence. La seule question qui demeure: quel amateur de vin (suisse) ne l'a pas encore?