Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 26 juin 2006 dans Retour du marché

C comme Couronne (de l’Avent…)

C comme Couronne (de l’Avent…)

Retour du marché du Matin du samedi 26 novembre 2005
L’Avent prend de l’avance
Depuis le pape Jules 1er (4ème siècle), la Nativité est fixée au 25 décembre. Tous les cinq ou six ans, Noël tombe sur un dimanche. Comme cette année (et ensuite, en 2011). Du coup, le premier des quatre dimanches de l’Avent, qui servent à annoncer la fête chrétienne, est le dernier de novembre. Demain donc… Voilà pourquoi, au marché de Lausanne, les cousines Françoise et Raymonde Liardet promettent un «big stand» de couronnes de l’Avent.
Raymonde, horticultrice et fleuriste diplômée, ne fait, du reste, plus que ça : des décorations de Noël. Attention : pas question de s’y prendre à Pâques ! C’est «un travail de dernière minute, parce que je n’utilise que des végétaux frais». La base est assurée par du sapin blanc — néanmoins d’un beau vert espoir. Mais pas par de l’épicéa rouge. Le premier a les aiguilles plates et argentées au revers. Le second, des aiguilles rondes qui sèchent et tombent après dix jours au chaud. Ce sapin, les cousines Liardet vont le chercher dans les bois du Jorat. Ensuite, il faut quelques pives. Des petites, de pin, de pin Douglas, de séquoia ou de chamaecyparis. Puis, des éléments décoratifs comme des tranches d’orange séchées, des bâtons de canelle, etc.
«Il n’y en a pas deux pareilles ! Je n’aime pas la série», confie l’artisanne. Elle préfère aussi la sobriété : du vert. Et du rouge pour les bougies. Il en faut quatre, pas une de plus. On les allume dans le sens des aiguilles d’une montre (départ midi), une par dimanche. Dans la dernière ligne droite avant Noël, les quatre brilleront. Par le passé, les Germains allumaient ces bougies dans l’ordre inverse : d’abord quatre, puis jusqu’à extinction des feux… La couronne, telle qu’on la connaît, a été remise au goût du jour en 1839 par le pasteur-éducateur Johann Heinrich Wichern, de Hambourg. Elle s’est répandue en Europe du Nord, puis en Amérique du Nord, avant de revenir sous nos latitudes. Bouclée, la boucle, pardon, la couronne, symbole d’éternité.

Producteur
Raymonde Liardet, tél. 021 729 18 17
En vente
Les mercredis et samedis jusqu’à Noël, à Lausanne, à mi-rue de Bourg et rue Saint-Laurent ; le vendredi matin, à Pully, devant le Prieuré et au rond-point de la poste.
Prix
De 27 à 38 francs, selon le format et le décor.