Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 8 juillet 2006 dans Retour du marché

H comme Huile d’olive vierge

H comme Huile d’olive vierge

Retour du marché du Matin du samedi 6 mai 2006
Verte passion
C’est une histoire d’amour qui a conduit Béatrice Fivaz dans les Abruzzes. Une passion toujours plus large : les producteurs qui lui fournissent des huiles d’olive deviennent, au fur et à mesure, des amis. Décoratrice de métier, l’Yverdonnoise de 36 ans a tout laissé tomber pour cet engouement: «J’aime les bonnes choses. Je veux aussi aller voir sur place ce que je vendrai ici. Et je veux découvrir un produit par an, que je suivrai…»
Au début, il y a l’huile d’une petite «azienda» des collines qui moutonnent à l’arrière de Pescara, à l’assaut de l’épine dorsale de la Botte. Un ingénieur agronome, Tommaso Maschiantonio, cultive des oliviers en bio. Il presse leurs fruits, doucement, à froid, pour garder leur fameuse virginité. Cette huile se nomme «La Verte», simplement. «Elle a le goût caractéristique d’herbe, de gazon, fraîchement coupé.»
L’importatrice l’a soumise, fin mars, aux «Awards» organisés par la très sérieuse Haute Ecole de Wädenswil, spécialisée dans les «Life Sciences und (sic !) Facility Management». Pour la cinquième fois, à l’occasion d’un «Olive Congress» à Zurich, un jury a décerné ses distinctions. Sur 148 huiles reçues, dont 52% venaient d’Italie (16% de Grèce et 14% d’Espagne), un peu plus d’un tiers (55 exactement) ont été distinguées. Le palmarès peut être téléchargé sur www.oliveoilaward.ch. Si le jury a été généreux avec les huiles dites «intenses» et «medium», il a été plus chiche avec les «douces», dont une seule récolte une médaille d’argent, et quelques unes, dont celle-ci, une mention («award»).
Comment en profiter au mieux ? L’huile d’olive résiste bien à la cuisson (jusqu’à 180°), mais elle perd son goût à 60° déjà. Voilà pourquoi mieux vaut l’utiliser sur des préparations simples, à froid, avec du jus de citron, sur des épinards tièdes, des asperges, ou sur des légumes crus, de la salade ou des fromages de chèvre…
Pour varier les plaisirs, L’Oléade importe d’Italie des huiles aromatisées : au basilic, idéale sur une «caprese» (tomates, mozarella) ou à l’orange, sur des carottes râpées ou des pâtes au saumon. «Il faut goûter : les gens qui s’arrêtent sont convaincus par leurs propres sens», constate Béatrice Fivaz.  

Importateur
L’Oléade, Béatrice Fivaz, rue des Pêcheurs 7, Yverdon-les-Bains, tél. 078 889 31 85
En vente
Sur le stand de Béatrice Fivaz, marchés d’Yverdon ou de Vevey, en alternance, le samedi matin, dernier mardi du mois, Foire d’Yverdon, parfois à Neuchâtel (jeudi) ou Morges (mercredi). Egalement à la boutique «Nulle part ailleurs», rue du Valentin 5, Yverdon.
Prix
La Verte, 19,50 fr./7 dl (12 fr., 37,5 cl) ; huiles aromatisées à l’orange et au basilic, 17 fr., 37,5 cl.