Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 13 avril 2007 dans Tendance

Le vin considéré comme un des beaux-arts

Le vin considéré comme un des beaux-arts

Un cercle romand pour le promouvoir
Le vin considéré comme
un des beaux-arts
Rassembler des Romands autour du vin, le considérer comme un des beaux-arts et y associer les autres : c’est l’idée lancée sous le nom de Cercle des Epicuriens.
Pierre Thomas
Fin mars, face au Léman, au Domaine du Daley sur Lutry, au pied de la «vigne du Conseil fédéral», il y avait là un vigneron genevois, Roger Burgdorfer, un agent fiduciaire vaudois, Philippe Addor, un sculpteur d’Yverdon-les-Bains, Etienne Krähenbühl et un «cuisinier-poète» qui œuvre à domicile, Sandro Haroutunian, connu sur La Côte vaudoise (il a tenu auberge à Crans-près-Céligny) et John Durand. Cet homme-orchestre, à la voix de contrebasse, est devenu aussi l’homme à tout faire de General Wine Services SA, une agence qui vend clé en main des événements autour de la vigne et du vin. Parmi ses clients, l’Office des vins vaudois (OVV) : la société, basée à Lonay, met sur pied les dégustations dites de l’OVV-Guillon, fin mai, qui donnent lieu au palmarès annuel des crus vaudois. Le directeur de l’OVV, Robert Crüll, qui va quitter, début mai, la tête de Swiss Wine Promotion, après un peu plus d’un an de pilotage, figure parmi ses éminences grises.
L’initiative d’un vigneron genevois
L’an passé, Roger Burgdorfer, fondateur de la société, avait fait confiance à deux jeunes diplômés de l’Ecole hôtelière de Lausanne. Il a changé son fusil d’épaule. Promu grand organisateur, John Durand, un biologiste genevois de 48 ans, est, surtout, un acteur de la populaire «Revue de Servion». Et c’est lui qui a proposé de constituer ce «cercle», avec finance d’entrée (100 fr.), cotisation annuelle (70 fr.) et un programme payant (de 130 à 240 fr. par membre, selon l’événement), qui associe la dégustation de vins à la table et aux spectacles. Quatre manifestations sont prévues par an : après le Daley, le 14 juin, un sculpteur sera au Domaine du Paradis de Satigny (GE), fief de Roger Burgdorfer ; autour du 20 septembre, la danse sera au programme à Saillon (VS), à la Table d’hôtes du Créneau gourmand et le 12 décembre, ce sera au tour du vignoble neuchâtelois d’accueillir le cercle pour une soirée cabaret et «une surprise journalistique» (sic).
Dans l’esprit de ses fondateurs, le cercle doit s’autogérer et les événements pourraient se multiplier au rythme des adhésions : quelques centaines de membres et un rendez-vous par mois, espère John Durand. Infos : www.cercledesepicuriens.ch

Paru dans Hotel + Tourismus Revue du 12 avril 2007.