Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 21 juin 2016 dans Vins italiens

La Sicile, «continent» œnotouristique

La Sicile, «continent» œnotouristique

Madagascar s’est autoproclamée «l’île-continent». La Sicile revendique l’étiquette de «continent vitivinicole» et se dote des infrastructures d’accueil pour recevoir ses hôtes.

Le vignoble de Casematte, au nord, près de Messine.

Le vignoble de Casematte, au nord, près de Messine.

Texte et photos Pierre Thomas

Il suffit d’y être allé quelquefois pour s’en rendre compte. La plus grande île de la Méditerranée (devant la Sardaigne et Chypre) ne se découvre pas en un seul voyage. Celle que Goethe, Stendhal ou Guy de Maupassant fascinait quand voyager nécessitait du temps et de l’argent est aujourd’hui accessible en vols directs «low coast», notamment depuis Genève. On peut choisir d’atterrir à Palerme, la capitale historique et mystérieuse, ou à Catane, la ville dix fois reconstruite au pied de l’Etna, capitale économique.

Palerme ou Catane, choix cornélien

Déjà, ce choix dicte la région à découvrir. Palerme, à elle seule, où il fait bon flâner jusque dans les stupéfiants catacombes garnis de tête de mort, en se laissant bercer par l’histoire, mérite deux à trois jours de visite, si on y ajoute cathédrale arabo-normande de Monreale, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. On peut aussi «oublier Palerme» (pour paraphraser le titre du roman d’Edmonde Charles-Roux) et s’en aller sur la côte ouest, par la réserve naturelle du Zingaro, le charmant port de Castellammare del Golfo, puis le temple dorique de Ségheste, et son théâtre, qui trônent sur leur colline, au milieu des forêts verdoyantes, grimper à Erice, bourg où souffle un esprit particulier, et terminer à Trapani, embarcadère pour les îles du Sud, la venteuse Pantelleria en tête, puis, après les marais salants (les plus beaux couchers de soleil de la Méditerranée, vero!), Marsala.

La vallée des temples, Agrigente.

La vallée des temples, Agrigente.

De Catane, au pied de l’Etna, lui aussi inscrit au Patrimoine mondial depuis 2013 (et qu’on peut gravir), volcan en alerte permanente, on peut choisir les merveilleuses villes baroques que sont Syracuse (et son île bâtie, Ortyge), Raguse, Modica et Noto (toutes au Patrimoine mondial) ou alors, en remontant vers Messine, sur la côte est, Taormina, son théâtre grec, ses parcs et jardins luxuriants, ses palais et ses palaces qui attiraient déjà les artistes, de Wagner à Oscar Wilde.

Hors de ces deux axes, il y a Cefalu, l’agréable petit port du nord, d’où l’on embarque pour les îles éoliennes, un monde en soit, sept «cailloux» montagneux posés dans la mer tyrrhéniénne, d’Alicudi et Filicudi, en passant par Salina et Lipari, les plus viticoles (fameuse malvoisie liquoreuse), Vulcano et Stromboli, et la petite Panarea. Pas question de les visiter à la va-vite : pas d’aéroport, juste des «aliscafis» (hydroglisseurs) ou des ferries.

Un commissaire et une diète

Et puis, sur la côte Sud, face à la Tunisie, Agrigente, ville natale du grand Pirandello, et sa vallée des temples, qu’il faut visiter entre chien et loup, à l’heure où soleil se couche et les projecteurs illuminent les colonnes grecques. On peut alors faire l’impasse sur Gela, la ville industrielle de la maffia, et Port Empédocle, où est né Andrea Camilleri, l’auteur des «polars» du commissaire Montalbano, l’alter ego tout aussi gourmet de Pepe Carvalho du Barcelonais Manuel Vasquez Montalban.

Etal d'involtini au marché de Catane.

Etal d’involtini au marché de Catane.

La table, riche des légumes locaux et des poissons, arrosés d’huile d’olive, le verre de vin blanc ou rouge et la sieste permettent à la Sicile de revendiquer, elle aussi, le fameux «régime crètois» ! Et quand les vignerons prétendent qu’on vient en Sicile pour la gastronomie et le bien boire, les journalistes italiens s’étranglent de rire, eux qui n’aspirent qu’à y passer des vacances blanéaires. Pourtant, l’œnotourisme est une réalité. En vingt ans, les vins siciliens ont opéré une révolution copernicienne. Des vignes plantées à large rendement grâce aux aides internationales d’après la 2ème Guerre mondiale, où le chardonnay, le cabernet sauvignon et la syrah, se taillaient la part du lion, les fiers Siciliens redécouvrent les vertus des cépages locaux, replantés et soigneusement vinifiés, grâce à l’aide la l’Union Européenne.

La DOC Sicilia prend le pas sur les anciennes DOC locales, comme pour le vin blanc d'Alcamo.

La DOC Sicilia prend le pas sur les anciennes DOC locales, comme pour le vin blanc d’Alcamo.

Pas moins de 22 dénominations d’origine contrôlées recouvrent l’entier du vignoble, dont une seule DOCG (le haut du panier des appellations italiennes), l’original Cerasuolo di Vittoria (nerro d’Avola et frappato). Mais, depuis 2012, la dénomination Sicilia DOC place sous son aile les meilleurs vins, mis en bouteille sur place et non plus envoyés en vrac, par bateaux entiers, à Gênes ou Marseille, pour «renforcer» les vins du nord de l’Italie ou de la France (et même de la Suisse !).

Une palette de vins blancs et rouges

Avec quelque 100’000 hectares de vigne (soit 6 fois et demi le vignoble suisse), la Sicile se place parmi les plus grandes régions vitivinicoles d’Italie. On y fait les vendanges de fin juillet — il y fait chaud, jusqu’au vent, le scirocco marocain — à fin octobre — sur les pentes de l’Etna, où la vigne grimpe jusqu’à 1’000 d’altitude. Vins blancs secs (catarratto, inzolia, grillo), vins liquoreux (zibibbo, le muscat d’Alexandrie, de Pantelleria, dont la culture est entrée au patrimoine immatériel de l’humanité en 2014, et la «malvasia delle Lipari») ou mutés (un regain d’intérêt pour les «marsala vergine») et rouges (nero d’Avola, le grand cépage local, perricone, nocera, et les cépages de l’Etna, nerello mascalese ou cappuccio). Mais aussi d’agréables rosés et mousseux. La palette est complète, du vin le plus commercial au vin le plus prestigieux, comme on a pu le constater ce printemps à Sicilia en primeur, organisé par Assovini Sicilia, la force de frappe qui réunit depuis vingt ans une soixantaine de caves. Une dégustation face à la mer, au Verdura Golf & Spa Resort de Sciacca, un des hauts lieux du luxe de l’île.

L'Etna vu du sud, une terre propice aux vins blancs.

L’Etna vu du sud, une terre propice aux vins blancs.

Loger «au vert» en Sicile

Locanda Gulfi, Chiaramonte Gulfi

Près de Raguse, un hôtel de 10 chambres et un restaurant dans un des domaines les plus originaux de Sicile (élevage en amphores de terre cuite). www.gulfi.it

Feudi del Pisciotto Wine Relais

Le fief sicilien de l’éditeur de magazines Panerai, propriétaire de Castellare, dans le Chianti. Dix chambres, certaines aménagées dans d’anciennes cuves en ciment. Le grand luxe, au calme absolu, à la campagne, dans les collines entre Caltagirone (connue pour sa céramique) et Vittoria (berceau de la DOCG Cerasuolo di Vittoria). winerelaisfeudidelpisciotto.com

Barone di Villagrande Wine Resort, Milo (Etna)

Dans le parc naturel de l’Etna, une cave de 1727, une des premières de la région, et quatre chambres luxueuses, avec vue sur le vignoble en terrasse, tenues par un jeune couple sympathique. www.villagrande.it

Sirignano Wine Resort, Monreale

Près de la ville d’Alcamo, à l’immanquable «passagiatia» du soir ; les 10 chambres portent le nom de cépages locaux ; cours de cuisine et dégustation de vins. www.sirignanowineresort.it

Locanda del Castello, Sciacca

Onze chambres dans un ancien moulin à huile (frantoio), magnifique vue, produits typiques de la région et petits prix (entre 50 et 90 euros). www.hotellocandadelcastello.it

Coste Ghirlanda, Pantelleria

Au centre de l’île venteuse, pas très loin de la cave de Carole Bouquet, un lieu magique : restaurant et trois «dammusi», des cases en pierre volcanique. Info via l’adresse du site Internet tout neuf, costeghirlanda.it

Capofaro Malvasia & Resort, Salina

Sur l’île éolienne de Salina, face à la mer, bien sûr, et dans les vignes. 20 chambres, restaurant (en saison, d’avril à fin septembre). www.capofaro.it

VO d’un article paru dans encore! le 18 juin 2016 (lien pour télécharger le PDF ici)

Artichauts et vignes dans la région d'Alcamo.

Artichauts et vignes dans la région d’Alcamo.