Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 22 juillet 2017 dans Vins suisses

Chasselas: la course aux médailles

Chasselas: la course aux médailles

Concours mondial du chasselas, à Aigle, Sélection des vins vaudois et Grand Prix du Vin Suisse à Sierre. Les chasselas, vaudois notamment, se poussent en masse pour décrocher des médailles d’or dans les trois compétitions.

Pourtant, en cette année 2017, ça n’est pas un chasselas qui a décroché la meilleure note de la Sélection des vins vaudois, dont les têtes d’affiche ont été dévoilées à l’Hôtel Victoria de Glion, en juin. Son propriétaire, Toni Mittermair, a même fait son entrée dans l’Ordre des vins vaudois, adoubé commandeur par le président de l’OVV, Pierre Keller, dont le mandat a été reconduit jusqu’à fin 2018, par le Conseil d’Etat vaudois.

Philippe Bovet, vigneron vaudois de l’année

Non, Philippe Bovet, de Givrins, a remporté le titre, convoité et officieux, de «vigneron vaudois de l’année», avec un chardonnay du remarquable millésime 2015, noté 94/100. Depuis plus de dix ans (séquence nostalgie ici), cet encaveur, qui travaille aussi pour des collègues viticulteurs de La Côte, est régulièrement désigné parmi les meilleurs vaudois, même s’il ne fait pas (encore ?) partie du cercle fermé d’Arte Vitis. Ces vedettes, cooptées, n’apparaissent du reste guère dans les concours.. Et les compétitions donnent, aux spécialistes, l’impression de réunir des vignerons en mal de reconnaissance, y compris de plus grands domaines, alors que ceux qui sont déjà estimés ne prennent plus le risque de ne pas terminer en tête.

Le vin qui a donné à Philippe Bovet sa couronne a dépassé, dans sa catégorie, un autre de ses vins, un viognier. Et le champion s’est encore classé premier des gamays, avec son Pacifique 2015, à égalité avec un autre vin de la partie la plus à l’ouest du vignoble vaudois, le Grande Réserve 2015, des Frères Dutruy, à Founex.

En général, les vins de La Côte se sont fort bien comporté dans ces concours printaniers, puisque c’est la Réserve des sociétaires 2016 de la Cave de Mont-Féchy qui rafle la mise à Aigle et porte le titre officieux de «champion du monde du chasselas». Mais pas de «champion vaudois», partagé par un autre vin de Féchy, le Domaine de la Vignarde, de Jean-François Rossat, à Mont-sur-Rolle, et la Réserve du Domaine du Château de La Bâtie, de Laura de Cormis, à Vinzel, deux grands crus, devant un autre Féchy, grand cru lui aussi, de Georges-Claude Blanchard, à Bougy-Villars, ex-aequo, avec un Aigle grand cru, Aléo, d’Arc-en-Vins, à Puidoux.

Mondial plus généreux que le cantonal

Il faudrait une patience de bénédictin pour comparer les deux palmarès, où tout se joue à quelques centièmes de note. Jugez-en : au Mondial, seuls 13 vins, parmi les chasselas 2016, sont notés à plus de 91 points et 31 entre 90 et 90,9. A la sélection vaudoise, 21 du millésime 2016 sont à 91 points et plus et 33 entre 90 et 90,9. Mais le seuil des médailles d’or au Mondial est plus bas qu’à la sélection vaudoise, de sorte qu’à Aigle, plus de 19% des vins se sont parés d’or (152 médailles) contre 15% (140 médailles) à la Sélection vaudoise.

Où sont les grands dézaleys, peut-on aussi se demander ? A Aigle, Luc Massy, leprésident de la Baronnie du Dézaley, avec son Chemin de Fer 1999, a remporté haut la main la catégorie des vieux millésimes, avec une note de 96,3/100, la meilleure de tout le concours. En Sélection vaudoise, dans la catégorie des millésimes 2014 et 2015, le Dézaley 2015, du Domaine Antoine Bovard, à Cully, a aussi été mieux noté que le meilleur chasselas 2016, soit à 93/100, devant Le Petit Vignoble d’Yvorne 2015, de Badoux, 92,6/100, et classé 15ème au Mondial, à 90,9/100.

Autant de jurys, autant d’avis

Autant de jurys, autant d’avis! Et la marge d’un concours à l’autre est souvent infime… Difficile, dès lors, de tirer de grandes conclusions de ces palmarès, largement panachés d’un an à l’autre. Chaque récipiendaire de médailles y voit un motif de satisfaction, à faire valoir auprès de sa clientèle.

Encore, les résultats du Grand Prix du Vin Suisse ne sont-ils pas connus : les non-médaillés d’Aigle et de Glion ont encore l’espoir de l’être à Sierre, où 2835 vins étaient jugés (contre 791, rien que chasselas, à Aigle et 928, rien que vaudois, mais tous cépages confondus à Glion). Les médailles du Grand Prix du Vin Suisse tomberont cet été. Mais les titres et rangs des champions de chaque catégorie ne seront pas dévoilés avant le 31 octobre, lors du Gala des vins suisses à Berne.

Entretemps, les 10 et 11 août, les six vins pré-sélectionnés par catégorie seront redégustés par un jury «ad hoc» à Sierre (dont Pierre Thomas fait partie). Une «finale» que ne s’imposent ni le Mondial du Chasselas, ni la Sélection vaudoise, qui classent leurs vins «scratch», comme les ont dégustés les différentes tables de jurés.

Paru dans Hôtellerie & Gastronomie Hebdo du 19 juillet 2017

©thomasvino.ch