Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 13 juin 2017 dans Actus - News

Rioja: des crus et des bulles!

Rioja: des crus et des bulles!

La présidence du conseil régulateur de la Rioja de José Maria Daroca, qui termine son mandat en juin 2017, aura été marquée par deux avancées pour la plus connue des appellations espagnoles: l’autorisation de la mention de cru («vignoble singulier») et la voie ouverte à des vins effervescents, pour faire briller la Rioja dans tous les secteurs, le rouge, bien sûr, le rosé, le blanc et les mousseux.

La désignation de cru, explique le Conseil régulateur, va dans le sens d’une «politique de qualité» et «d’authenticité». Le «vignoble singulier» devra clairement être délimité, planté depuis plus de 35 ans; son rendement sera inférieur de 20% aux normes de la DOCa (dénomination d’origine de qualité) et la vendange sera manuelle. La traçabilité sera garantie et une double qualification sera nécessaire, celle actuelle pour les vins de DOCa et une autre avant la mise en marché. L’étiquette devra mentionner le nom du «vignoble singulier», réservé à la Rioja, et une contre-étiquette constituera une «garantie spécifique». Cette mention s’ajoute aux catégories Joven, Crianza, Reserva et Gran Reserva.

Cette adaptation de la législation en Rioja déroge au système des «pagos» (crus) officiels, qui font l’objet d’un dossier sanctionné par un décret dans toutes les régions d’Espagne, et des «villages», mise en place dans l’autre DOCa, le Priorat.

Vieux débat sur les crus

Cette nouvelle catégorie répond aux exigences des producteurs et du marché, explique le Conseil. Reste que le débat entre la marque propre, très importante dans la Rioja (comme dans la Champagne…), et le droit à l’appellation collective, n’est pas tranché.

Le propriétaire d’Artadi, dans la région relevant du Pays basque, avait mis le feu aux poudres, en quittant unilatéralement, il y a deux ans, la DOCa Rioja. Ce mois s’inaugure la nouvelle cave de la joint venture entre Vega Sicilia et Benjamin de Rothschild Heritage, Macan. Les deux vins produits dans la nouvelle cave s’écartent de la nomenclature en vigueur: le Clasico, en fait le second vin, utilise un terme pas utilisé en Rioja (mais dans le Chianti, où il a valeur de DOCG!), et le grand vin précise seulement le nom de la marque, Macan, sans le complément Reserva, car le producteur ne veut pas se lier à des règles constantes et immuables de vieillissement, qu’il estime pas adaptées à chaque millésime — un vieux débat en Espagne!

Un petit bout de Rioja dans le Cava

Pour les mousseux, le Conseil rappelle que depuis plus d’un siècle, des caves élaborent de tels vins et que 18 communes de la région la plus à l’ouest de la Rioja sont même intégrées dans la région de production du Cava… Il y a dix ans, le projet d’élaborer des vins effervescents était évoqué, avec l’autorisation de planter sept nouveaux cépages blancs sur 2’500 nouveaux hectares libérés pour constituer la base des vins effervescents de la Rioja. Ils pourront être élaborés avec tous les cépages autorisés dans la DOCa, sur la base de raisins à 9,5 degrés d’alcool potentiel (11 à 13% dans le vin final), avec une double évaluation qualitative et une analyse physico-chimique avant mise en marché.

©thomasvino.ch