Pages Menu
RssFacebook
Categories Menu

Posté le 15 avril 2018 dans Actus - News

Hôtel Carlton Lausanne : le grand retour du vin !

Hôtel Carlton Lausanne : le grand retour du vin !

Entre la gare et le lac, desservi par le métro (station à deux pas), l’Hôtel Carlton a ouvert sa terrasse fin avril. C’est l’une des plus agréables de la ville. Et, grâce à son directeur Nicolas Lagier, le vin est de retour ce printemps pour trois soirées de prestige. Ce Lausannois pure souche rend le Carlton aux Lausannois…

Certains se souviennent que, par le passé, le Carlton était non seulement une des meilleures et des plus accueillantes tables de Lausanne, mais que la carte des vins et, plus tard, les dégustations, pouvaient être débridées… Quand il n’est pas possible de manger en terrasse, le restaurant est logé en sous-sol, à L’Ardoise, une brasserie cosy. Elle a retrouvé un très bon chef, Anthony Macé, qui revisite avec talent des plats plus… ou moins classiques.

Ce printemps, le boutique hôtel (de 47 chambres) met sur pied plusieurs soirées «wine & dine», avec des partenaires triés sur le volet. Important importateur de vins italiens de la région lausannoise, SVR à Crissier, fera découvrir plusieurs crus de la Péninsule, lors d’un repas aux saveurs italiennes (poisson en rillette, risotto aux asperges, côte de bœuf et baba à la grappa), le vendredi 27 avril dès 18 h 30 (apéritif, repas à 19.30). On y servira une curiosité, un sangiovese vinifié en blanc de Toscane, Lillatro 2017, un ambitieux assemblage blanc (chardonnay, sauvignon, ribolla gialla) Collio, de Bratinis 2015, un barbaresco Principe Gaia de Prinsi (2014) et, pour terminer, un des vins liquoreux culte de l’Italie, le Ben Rye 2015, le passito de Pantelleria du remarquable domaine sicilien Donnafugata (famille Rallo), dont SVR est un des importateurs en Suisse.

Le jeudi 3 mai, deux artisans de la région feront découvrir leurs excellents produits. D’abord, L’Armoire à brume, réputée depuis quelques années comme spécialiste du saumon fumé artisanal, fera découvrir de la caille et de la tomme… toutes deux fumées. On y dégustera en accompagnement les vins d’un domaine émergent de Lavaux, celui de Jacques et Aurélia Joly, dont la spécialité du caveau à Grandvaux est une «soupe de chasselas», délocalisée pour l’occasion à L’Ardoise. Blanc de noir, pinot gris (sec et doux) et un assemblage rouge, de diolinoir, gamaret et pinot noir, seront de la partie. Ces dîners sont proposés à 139 francs.

Le mardi 5 juin, le Conseil des Grands Crus Classés en 1855 de Bordeaux tiendra une ambassade à L’Ardoise, avec un dîner de prestige. Au programme, ravioles de Royans et poulet de la Gruyère, avec un Château Giscours 2010, médaillons de lotte avec un Château Lagrange 2005, filet de bœuf chateaubriand avec un Château Batailley 2005, une sélection de fromages suisses avec un Château Cos Labory 2009 (très bon 2014) et un Lafon-Rochet 2005, sur un crémeux vanillé à la fraise, un sauternes, Château Sigalas Rabaud 2015 (mais magnifique 2014, aussi!). L’équipe des propriétaires des châteaux — emmenée par Philippe Castéja, le président du Conseil des GCC 1855, propriétaire du Château Batailley, qui a retrouvé ses lettres de noblesse ces derniers millésimes, avec un splendide 2015 — commenteront leurs vins. Le prix de la soirée a été fixé à 249 francs.

Sur le net www.carltonlausanne.com

©thomasvino.ch