Pages Menu
Categories Menu

Posted on 17 avril 2019 in Edito

Entre Semaine du goût et Gala des vins… suisses

Entre Semaine du goût et Gala des vins… suisses

En attendant les vendanges — pour lesquelles le soleil et la chaleur sont bienvenus! —, toute la Suisse cultive son goût éclectique lors de la semaine qui lui est consacrée, ce mois de septembre. Les «Artisanes de la vigne et du vin» sont les marraines de la Semaine du goût, du 12 au 22 septembre . En attendant, le 24 octobre, la proclamation des résultats du Grand Prix du Vin Suisse, à Berne: on connaît déjà les nominés avec quelques surprises! Autre concours, le Mondial des Pinots, à Sierre, qui consacre un vin néo-zélandais. A Morges, le pinot noir local, le Servagnin, fait son retour dans les caves du château local.

Coup d’œil dans le rétroviseur de la Fête des Vignerons qui a attiré plus d’un million de personnes à Vevey. On y était en avant-première. Et le site francophone «les 5 du vin» a publié ma chronique du spectacle, vu «in extenso» lors du couronnement des vingeron(ne)s-tâcheron(ne)s, le 18 juillet en soirée. Et puis, la Fête des vignerons a incité quelques auteurs à livrer leurs impressions sur les vins suisses, comme l’incontournable sommelier Jérôme Aké-Béda

C’est aussi pour coïncider avec la Fête des Vignerons que l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) a siégé à Genève. L’occasion de publier les «vrais» chiffres du vin et de placer la Chine «premier producteur de raisin du monde» à sa juste place, la 10ème pour la surface destinée à produire des vins. Toutes choses que le président honoraire de l’Office des vins vaudois (OVV), Pierre Keller, n’aura pas vécues. Il est décédé en ce début du mois de juillet, le 7, quelques mois après avoir remis son mandat.

On sait désormais que ce sera le président de l’interprofession du vignoble et des vins de Genève, l’ancien conseiller d’Etat Robert Cramer, qui va prendre la présidence du conseil d’administration de Swiss Wine Promotion SA. Il succède au Fribourgeois P.-A. Morard. Le Vaudois Nicolas Joss a été nommé directeur. La promotion des vins suisses devrait recevoir davantage d’argent — à défaut d’un nouveau cadre légal AOP – IGP, qui paraît renvoyé aux calendes bernoises!

La Suisse a même été le recordman des pays de l’OIV qui a le plus augmenté sa production entre 2017 (historiquement basse) et 2018 (où le vignoble suisse a produit exactement une bouteille de 75 cl par mètre carré de vignoble!). Les caves sont pleines! A Lavaux comme en Valais… et les acheteurs frileux. Les Vaudois ont, du reste, décidé de serrer la vis préventivement pour 2019. Les Valaisans ont suivi le 25 juin pour les raisins AOC: si les Vaudois ont réduit la production de leur chasselas, le fendant valaisan reste à 1,4 kg/m2. Le quota des autres blancs a été fixé à 1,1 kg. Celui des autres rouges à 1 kg/m2. Trois cépages font exception: le Johannisberg (1,2 kg), le Pinot noir (1,08 kg) et le Gamay (1,07 kg). L’interprofession de la Vigne et du Vin du Valais (IVV) donne aussi des «prix indicatifs» de la vendange à venir. Ils vont de 3,20 fr. le kilo de chasselas et de gamay à 5,40 fr. le kilo de petite arvine et de cornalin (païen, 5,20 fr, humagne rouge, 4,90 fr., pinot noir 3,36 fr.).

Retour sur quelques voyages-dégustations. En mai: la Sicile et la Catalogne,  j’ai brossé une comparaison — osée! — de ces deux régions. L’histoire ancienne me donne raison: durant quatre siècles, Sicile et Catalogne étaient réunies sous la Couronne d’Aragon… Et le reportage détaillé sur les vins de l’Etna, avec les notes de dégustation de mes vin préférés.

Et puis, je suis allé voir du côté d’Orvieto comment les vins blancs secs italiens résistent (ou pas…) au succès du Prosecco. La meilleure région de production, DOCG de Conegliano et Valdobiadene, après cinq ans de purgatoire, vient d’être admise au Patrimoine mondial de l’UNESCO, comme avant elle Lavaux et son vignoble en terrasse, la vallée du Douro ou le bourg de Saint-Emilion, entre autres. Face à la déferlante des Proseccos (secci?), on peut faire de la résistance et boire le meilleur des champagnes: «pas besoin d’être connaisseur pour l’apprécier», nous dit Olivier Krug!

Bonne vendanges!

Pierre Thomas

©thomasvino.ch