Pages Menu
Categories Menu

Posted on 8 juillet 2020 in Edito

Santé et bon été,  avec des vins suisses!

Santé et bon été, avec des vins suisses!

Que seront les vendanges 2020, qui s’annoncent précoces début juillet ? Comment les vignerons-encaveurs et les grandes caves auront-elles résisté à une mévente amorcée avant la crise économique de la pandémie ?

Autant de questions qui ne devraient pas ternir un été que les autorités voudraient voir passé en Suisse par les… Suisses. Le déclassement de vins AOC en vins de table suisse a été plébiscité par les producteurs.

Les nouvelles du vignoble suisse ne manquent pas, entre le retour aux affaires du premier président de Swiss Wine Promotion, le rachat par un jeune Français de deux grands domaines vaudois, l’un par sa surface, l’autre par sa renommée, la Fête des vignerons de Vevey de 2019 qui tourne la page avec un déficit de 12 millions de francs.

Quant au groupe Schenk à Rolle, un des grands du monde du vin et parmi les plus discrets, il vient, cet été, de procéder à plusieurs remaniements importants. Ici, en exclusivité.

Les concours reprennent gentiment, comme les Sélections cantonales (Neuchâtel, Genève, Vaud, en attendant le Valais), le Grand Prix du Vin Suisse, à Sierre en août, et le Mondial du Chasselas à Aigle, qui a dévoilé sa centaine de médailles d’or… Et les Sélections cantonales, qui se dérouleront jusqu’à fin août: les Neuchâtelois ont dégainé les premiers!

Avec le Mérite culinaire suisse, les Vaudois ont été à l’honneur. Je suis allé rencontrer le «baron» du Dézaley, le plus qu’octogénaire Louis-Philippe Bovard, qui a aussi ses recettes radicales face à la crise vitivinicole… et ma chronique parue début juillet dans le magazine encore ! sur un cépage savoyard l’altesse bien acclimaté dans ce vignoble vaudois qui le fut, savoyard. Sans oublier une vaste dégustation très «à la mode» de vins dits «nature», uniquement suisses (une soixantaine tout de même).

Rien que des sujets helvétiques, au moment où Swiss Wine Promotion propose aux Suisses de boire local et de redécouvrir les vins d’ici — qui ne s’exportent pas (moins de 1% !). Histoire de renouer aussi avec une consommation qui, en 2019, donnait des signes positifs. Certes avant le virus…

Bon été, santé et conservation (et même conversation) !

Pierre Thomas ©thomasvino.chtrusted journalist